Versión para imprimir

English · Español · français · Português

14 de diciembre de 2010 | | |

Des chiffres Trompeurs

Des chiffres dans la lutte contre le changement climatique: question centrale à la Conférence des Parties à Cancun

Les propositions autour de la finance climatique incluses dans l’Accord de Copenhague "de Décembre 2009, par les États-Unis et certains pays sont considérées comme tout à fait insuffisantes par plusieurs gouvernements et mouvements sociaux et organisations dans le monde.

L’"Accord" de Copenhague, qui a été décidé à huis clos à la COP15 à Copenhague, au Danemark, propose 30 milliards de dollars entre 2010 -2012 dans le financement climatique pour les pays en développement, puis 100 milliards de dollars par an en 2020. Le premier chiffre représente 0,005% du produit intérieur brut annuel (PIB) des pays industrialisés, et la seconde offre représente 0,05%. En outre, un pourcentage élevé de ce financement viendrait du marché du carbone.

Contrairement à cela, l’ Accord des Peuples qui est sorti à la suite de la Conférence des peuples du monde sur les changements climatiques et les droits de la Terre-Mère qui a eu lieu en avril 2010 à Cochabamba, en Bolivie, propose que le financement climatique devrait représenter 6% du PIB annuel des pays riches.

Pour analyser cette question, les Amis de la Terre International a mené mardi une activité parallèle de la COP16 sur les changements climatiques à Cancun, au Mexique. Là, les représentants de la fédération écologiste d’El Salvador, Cameroun, États-Unis, Afrique du Sud et le Royaume-Uni ont parlé de la question. Lidy Nacpil, membre de Jubilé Sud, a également été invitée comme intervenant.

L’activité a été "Finance du climat: le Bon, la brute et le vilan" et plus de 100 personnes provenant de différentes organisations de la société civile et des représentants gouvernementaux étaient présents. Les Amis de la Terre Angleterre, Pays de Galles et d’Irlande du Nord ont eu l’occasion de lancer un nouveau rapport avec une série de propositions de financement alternatives au commerce de carbone.

«Les Amis de la Terre International demande la création d’un Fonds mondial pour le climat, sous l’autorité de la Convention Cadre des Nations Unies sur les changements climatiques, avec aucun rôle pour la Banque mondiale", lire l’invitation à l’activité. "Tous les financements de ce fonds doivent provenir de sources publiques et tout rôle pour les marchés du carbone doit être rejeté ", ont-ils ajouté.

Le représentant des Amis de la Terre Etats Unis, Karen Orenstein, a déclaré lors de la conférence que le chiffre de 100 milliards de dollars proposé dans l’accord de Copenhague est arbitraire et qu’il contraste avec les budgets de défense beaucoup plus élevés des pays riches. La militante a demandé la création d’un Fonds mondial pour le climat à Cancun, et a regretté le fait que les États-Unis tentent de bloquer tous les efforts dans cette direction.

Lidy Nacpil, membre de Jubilé Sud, a souligné le concept de la "dette climatique" des pays du Nord, qui selon elle est le point de départ de la discussion autour de la finance climatique. Nacpil dit que le monde industrialisé doit fournir la "réparation financière" pour les pays du Sud et radicalement réduire leurs émissions.

Siziwe Khanyile, membre des Amis de la Terre de l’Afrique du Sud, a parlé du prêt que la Banque mondiale a accordé à la société d’État Eskom de l’énergie pour la construction d’une centrale au charbon dans Lephalale, dans la province du Limpopo. Le montant du prêt s’élève à 3,75 milliards de dollars. Selon Khanyile, cette nouvelle centrale devrait émettre 25 millions de tonnes de CO2 par an. La militante a souligné les contradictions entre ce prêt de la Banque mondiale et son discours de faibles économies de carbone.

De plus, Samuel Nnah Ndobe, membre des Amis de la Terre Cameroun, a centré sur les réduction des émissions résultant du déboisement et la dégradation des forêts dans les pays en développement (REDD). Il a dit que c’est un outil qui permettra aux pays développés de continuer à polluer et à réaliser des affaires comme d’habitude. À son tour, il a exigé que les communautés locales doivent être en charge de la préservation des forêts.

Enfin, le représentant des Amis de la Terre Angleterre, Pays de Galles et d’Irlande du Nord, Sarah Clifton, a rejeté les mécanismes de compensation et d’échange de carbone. Elle a déclaré que ces stratégies sont des façons pour les pays riches d’éviter de s’acquitter de leurs engagements de réduction des émissions dans le cadre du Protocole de Kyoto.

(CC) 2010 Radio Mundo Real 10 años

1 Mensaje

  • 22 de diciembre de 2010 00:01, por Geoff

    Il est claire qu’un 0.0005 prévu. Faire cela c’est une sorte de remise à demain de la solution.
    A mes yeux même 6% n’est pas assez ...

    •  
    Je vais dorénavant appeler ce casino en ligne mon casino à chaque fois que je souhaiterai dépenser mon budget de paris en ligne et je souhaite profiter encore plus des bonus de casino.
¿Quién eres?
Tu mensaje
  • En este formulario se pueden ingresar atajos SPIP [->url] {{negrita}} {cursiva} <quote> <code> código HTML <q> <del> <ins>. Para separar párrafos, simplemente deja líneas vacías.

Cerrar

Radio Mundo Real 2003 - 2014 Todo el material aquí publicado está bajo una licencia Creative Commons (Atribución - Compartir igual). El sitio está realizado con Spip, software libre especializado en publicaciones web... y hecho con cariño.