Versión para imprimir

English · Español · français · Português

20 de abril de 2010 | | |

Il est temps pour les Peuples

Les mouvements sociaux conduisent le programme de la conférence sur les changements climatiques

Les 17 groupes de travail de la Conférence mondiale des peuples sur les changements climatiques et Droits de la Mère Terre ont commencé leur travail le lundi à Cochabamba, en Bolivie, même si la conférence n’a pas été officiellement lancée. Plus de 15.000 personnes de différents continents arrivent pour participer aux activités.

Mardi matin a été l’inauguration de la conférence sur le climat à Cochabamba. La capacité d’hébergement de la ville est dépassée par des dizaines de mouvements sociaux et organisations du monde entier.

Selon les informations fournies par les organisateurs de l’événement, plus de 15.000 personnes sont attendues pour participer au sommet. Plusieurs présidents de pays ALBA serait arrivés à Cochabamba.

Certains des groupes de travail ont commencé à travailler ce matin, comme le Tribunal sur la justice climatique, les causes structurelles des changements climatiques, l’agriculture et la souveraineté alimentaire, les marchés du carbone, le Protocole de Kyoto, etc Il y avait aussi l’Assemblée du Mouvement social, où près de 200 personnes ont participé, y compris La Via Campesina avec une grande délégation.

Il y avait des conférences des invités et des experts dans plusieurs domaines liés au changement climatique, et les activités organisées par les mouvements sociaux et les organisations.

La Coordination latino-américaine des organisations rurales (CLOC) a diffusé un communiqué de presse disant que «chaque jour nous subissons les conséquences du réchauffement climatique et du changement climatique". Il cite des exemples de la fonte "rapide des pôles et des montagnes, les ouragans, les inondations, les sécheresses ou les glissements de terrain, les îles et les populations côtières menacées de plus en plus par les marées et les tempêtes et l’eau de mer, la désertification croissante et l’urbanisation accélérée qui envahit les terres agricoles; les migrations forcées de populations entières ".

En réponse à cette réalité, le CLOC propose "la petite agriculture paysanne est une solution clé pour le changement climatique". "La production alimentaire locale durable consomme moins d’énergie et garde le carbone dans le sol, alors qu’il augmente sa biodiversité", dit le PR. Il ajoute que les semences locales s’adaptent mieux aux changements climatiques, que l’agriculture familiale emploie 2,8 milliards de personnes et continue d’être la meilleure façon de lutter contre la crise alimentaire actuelle. "Si les petits fermiers ont accès à la terre, l’eau, l’éducation et des soins de santé, et si elles sont soutenues par des politiques qui visent la souveraineté alimentaire, ils continueront d’alimenter le monde et protéger la planète, dit le CLOC.

Photo: Radio Mundo Real.

(CC) 2010 Radio Mundo Real 10 años

Mensajes

¿Quién eres?
Tu mensaje
  • En este formulario se pueden ingresar atajos SPIP [->url] {{negrita}} {cursiva} <quote> <code> código HTML <q> <del> <ins>. Para separar párrafos, simplemente deja líneas vacías.

Cerrar

Radio Mundo Real 2003 - 2014 Todo el material aquí publicado está bajo una licencia Creative Commons (Atribución - Compartir igual). El sitio está realizado con Spip, software libre especializado en publicaciones web... y hecho con cariño.