Versión para imprimir

English | Español | français | Português

30 de agosto de 2010 | | |

Le Crime d’Etre

Grève de la faim, la loi anti-terroriste et la persécution des Mapuches au Chili. Entretien avec Paulina Acevedo

Au Chili, être Mapuche aujourd’hui est l’équivalent d’être suspect de terrorisme, si l’on tient compte des 58 personnes mapuches emprisonnés par la loi "antiterroriste" adoptée pendant la dictature qui a eu lieu dans le pays.

C’est ce que Paulina Acevedo, journaliste et membre de l’organisation des droits humains Observatorio Ciudadano, a déclaré dans une interview à Radio Monde Réel.

Le 12 Juillet, 30 prisonniers mapuches ont entamé une grève de la faim dans les prisons à Temuco, Concepcion, Angol, Valdivia et Lébou. Ils réclament des modifications à la loi antiterroriste, la démilitarisation des communautés et la liberté pour les prisonniers politiques Mapuche.

Paulina Acevedo a déclaré: «La loi anti-terroriste a été appliquée essentiellement contre les Mapuches et les jeunes appelés« okupas », qui vivent dans des bâtiments abandonnés et exercent des activités culturelles et revendications politiques.

Cela a causé aux peuples mapuche d’être emprisonnés pendant de longues périodes, mais finalement ont été acquittés pour manque de preuves.

En général, les collectivités dont les dirigeants sont emprisonnés sont déplacées, et leurs terres sont occupées par des industries du bois et des plantations de monoculture d’eucalyptus et de pins.

Paulina Acevedo a également parlé du contexte politique de l’adoption de la loi «anti-terroriste» , et a souligné qu’il existe plusieurs organisations internationales qui ont dénoncé, par exemple, combien il est scandaleux que, en vertu du présent règlement, les enfants mapuches sont poursuivis .

"Alors que la loi a été réformée, ces modifications ne sont pas considérables. Aujourd’hui, le Chili est le seul pays d’Amérique Latine qui continue l’application du Système de Justice Militaire pour les civils ", a déclaré Acevedo.

Les médias sont aussi responsables, car ils criminalisent les protestations des Mapuche et sont complices de violations des droits, tels que l’emprisonnement d’une jeune fille Mapuche de 15 ans qui a été accusée d’avoir jeté des pierres sur la préfecture de police, sans aucune preuve. «Elle est l’objet de poursuites simplement parce qu’elle est la fille d’un chef rebelle mapuche», a déclaré Paulina.

Les enfants sont torturés pour obtenir des informations, et ils sont abattus et attaqués. Cela fait partie de la réalité chilienne qui ne permet pas auxMapuches et autres peuples autochtones de jouir de leurs droits à la terre, entre autres.

En fait, ce n’est pas la seule grève de la faim effectuée par les prisonniers politiques Mapuche. La prisonnière Patricia Troncoso est en grève de la faim pendant cent jours, ce qui a attiré l’attention de la communauté internationale, résultant presque à la modification de la présente loi "anti-terroriste». Presque ...

Le travail effectué par les défenseurs des droits des Mapuche est large, car il n’implique pas seulement la "loi anti-terroriste», mais aussi les multiples «méga-investissement» des projets, un symbole du modèle économique chilienne.

Des centrales hydroélectriques et géothermiques, et d’autres projets à être installés sur les territoires mapuche sont également une question de droits, dans la législation chilienne qui manque de lois relatives aux bassins, migrants, etc

Photo: www.observatorio.cl

(CC) 2010 Radio Mundo Real 10 años

Mensajes

¿Quién eres?
Tu mensaje
  • En este formulario se pueden ingresar atajos SPIP [->url] {{negrita}} {cursiva} <quote> <code> código HTML <q> <del> <ins>. Para separar párrafos, simplemente deja líneas vacías.

Cerrar

Radio Mundo Real 2003 - 2014 Todo el material aquí publicado está bajo una licencia Creative Commons (Atribución - Compartir igual). El sitio está realizado con Spip, software libre especializado en publicaciones web... y hecho con cariño.