Versión para imprimir

English · Español · français · Português

18 de febrero de 2010 | | | |

Zones Humides sans Défense

Honduras: des projets autorisés menacent les zones humides et les collectivités

Seulement 24 heures après que Lobo ait pris fonction, son administration accordait déjà de nouveaux permis environnementaux pour les projets sur les zones humides qui font partie de la richesse de l’environnement du Honduras, menaçant les espèces et les communautés.

Ce qui arrive à ces aires protégées du Honduras, se produit également au niveau international, violant ainsi l’environnement, les droits humains et culturels.

C’est ce que Jorge Varela, directeur exécutif du «Comité pour la défense et le développement de la faune et la flore du golfe de Fonseca", a déclaré à Radio Monde Réel.

Varela a reçu le Prix Goldman de l’environnement en raison de son travail sur la conservation des écosystèmes du golfe de Fonseca, partagée par le Honduras, le Nicaragua et El Salvador.

«Nous nous sentons impuissants parce que les autorités honduriennes ne respectent pas leurs engagements internationaux", Varela dit.

Le militant a également déclaré que lorsque les organisations de base et les communautés sont invitées à participer ce n’est que pour «se conformer à certaines exigences» et que plusieurs autorisations ont été octroyées sans leur approbation.

"Nous sortons d’un coup d’Etat, les nouvelles autorités ont pris fonction le 25 Janvier et le 26 Janvier les permis ont été autorisés. C’est un vrai record.

Le rôle des zones humides en termes de changement climatique et de prévention des catastrophes naturelles est connu mondialement. Toutefois, de plus en plus de projets sont encouragés et autorisés par les pays désireux recevoir des investissements.

Varela a déclaré que les engagements pris par les pays industrialisés sont inutiles s’ils n’incluent pas les compagnies transnationales.

Au nom de Red Manglar International, Jorge Varela a dénoncé les accords signés à une réunion à Paris, auxquels le World Wildlife Fund et d’autres organisations ont participé. Ces accords certifient l’industrie de la crevette.

«S’il est vrai que ces organisations sont engagés à l’environnement, ils devraient nous aider à interdire l’industrie de la crevette, parce que sinon, nous nous retrouverons sans zones humides, ce qui augmentera la faim et la pauvreté. À mon avis, ils se rangés du côté des sociétés pour obtenir quelque profit », a dit Varela.

Pendant ce temps, le Comité a de sérieux obstacles, pas seulement en raison du manque de ressources, mais aussi pour la répression, qui a grandi pendant la dictature qui a chassé José Manuel Zelaya et se poursuit par Porfirio Lobo.

(CC) 2010 Radio Mundo Real 10 años

Mensajes

¿Quién eres?
Tu mensaje
  • En este formulario se pueden ingresar atajos SPIP [->url] {{negrita}} {cursiva} <quote> <code> código HTML <q> <del> <ins>. Para separar párrafos, simplemente deja líneas vacías.

Cerrar

Radio Mundo Real 2003 - 2014 Todo el material aquí publicado está bajo una licencia Creative Commons (Atribución - Compartir igual). El sitio está realizado con Spip, software libre especializado en publicaciones web... y hecho con cariño.